Vers Vancouver…


Après trois jours passés à Banff, je patiente près d’une demi-journée dans cette petite gare qui ressemble davantage à une cabane en bois comme celle dont nous avons tous la vision, une cabane de bûcheron, lorsque nous évoquons le Canada.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


J’en aurais passé du temps à attendre les bus Greyhound, à lire ou regarder des films sur des bancs plutôt inconfortables.
Puis…le bus arrive enfin ! Je m’installe confortablement car je sais que j’ai dix heures de route devant moi !
Nous devons traverser les rocheuses pour en sortir et nous diriger vers Kelowna, dans la vallée d’Okanagan où nous effectuerons une longue pause. La vallée d’Okanagan est connue pour son climat sec et ensoleillé, un lieu rempli de vignes où il fait, paraît-il, bon vivre.
Ce voyage, je l’ai essentiellement effectué pendant la nuit mais avant que celle-ci ne tombe, je suis restée les yeux scotchés devant ma fenêtre et le paysage qui défilait devant moi : les chaînes de montagnes, les glaciers au sommet et cette route si étroite et ce bus si infiniment petit au milieu de ces monstres de la nature !
Pause à Kelowna et changement de bus en plein milieu de la nuit. Je reste vigilante à chaque fois que nous changeons de véhicule car je ne dois pas oublier que je suis étrangère et que l’on me parle dans une langue que je ne maîtrise pas totalement. Je reste alerte, prête à repartir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous arrivons  très tôt, le matin, à Vancouver.
Comme à chaque destination, ma  priorité est de trouver le « backpacker » où je passerai les prochaines nuits. J’essaye, en général, d’en trouver proches de la gare mais à Vancouver, il se trouve qu’il n’y en n’avait pas ou du moins, je n’en n’ai pas trouvé portant  l’appellation « International hostelling » dont j’ai la carte de membre. Je cherche donc la ligne de bus que l’on m’a indiqué pour m’y rendre mais on me dit qu’elle n’existe plus. Je prends alors un taxi. Arrivée à l’auberge, je suis soulagée d’apprendre qu’il reste un seul et unique lit pour moi. Je vais pouvoir déposer tous mes bagages et aller faire un tour en ville pour me rendre compte de tout ce que je peux découvrir en ce nouveau lieu. Je ne peux pas encore accéder au repos malgré une nuit d’insomnie durant le trajet. Je dois attendre le début d’après-midi.
Pourtant ce matin-là, malgré la fatigue et la solitude, je pars d’un pas décidé dans le centre-ville et je marche encore et toujours si bien qu’en cette matinée de septembre, j’ai pu faire le tour du Stanley park, visiter le petit port de plaisance en face de Lonsdale et de Groose Mountain, me promener dans le centre-ville et déjeuner puis revenir enfin à l’auberge de jeunesse et  prendre un repos bien mérité.

à suivre…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s