Dublin ou la bruine


 Septembre 2013  :  départ pour Dublin 

 Arrivée à destination après 1h30 de vol environ, je me suis dirigée vers l’auberge de jeunesse où je devais loger. Rien de plus facile. Une navette s’arrête près de tous les hébergements du centre-ville, ce qui facilite l’orientation de chaque nouveau touriste.

Jour 1 : Ballade à pied dans Dublin

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Réveillée dans la nuit par de jeunes gens…mais le backpacker, c’est la vie en communauté…Il faut s’adapter…Après un réveil plus ou moins difficile et matinal, me voilà fin prête pour partir à la découverte de ce nouveau territoire…

En sortant, il pleuvait et le ciel était gris. Étonnant pour l’Irlande, non ? N’ayant pas mangé la veille au soir, je me décide à prendre un petit déjeuner copieux dans un endroit si possible sympathique, endroit que je trouva en face de l’établissement où je logeais. Le café se nommait « Oscars ». Le lieu était cosy avec une décoration raffinée, composée de fauteuils vintage et de bibliothèques remplies de livres, le tout baignant dans une atmosphère musicale Lounge et jazzy.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je rentre dans le café et choisis un espace discret. Je passe commande et l’on me sert un moccaccino, un muffin double chocolate with a plain scone please ! Je déguste le mocca avec une mousse de lait en forme feuille à sa surface et exécutée d’une main de maître par la barista..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je prends mon temps… De toute façon, il pleut dehors!

Ensuite, je pars localiser la « Old  » distillerie Jameson, située derrière l’auberge puis je me rends au quartier Temple Bar, au Trinity college, à Grafton st (rue piétonne cernée de toutes parts par des magasins) puis direction  St Stephen’s green park. J’erre ainsi dans la ville sans savoir réellement où je vais et en consultant la carte de temps à autre lorsque j’ai l’impression de m’éloigner de tous les points d’intérêt.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je passe ainsi devant le O’Donoghue Pub, réputé pour la qualité de ses concerts live, près de Merrow Square.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au St Stephen’s green park, je n’oublie pas de passer devant le lieu de pèlerinage obligatoire pour tous les amoureux des mots, celui de la statue de James Joyce.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

…Puis le vent me mène jusqu’au quartier des Docklands, très moderne avec un pont aux formes géométriques et un vieux bateau, énorme, à flot sur l’une des berges de la rivière qui traverse Dublin (Jeannie Johnston ship). Le navire est désormais un musée racontant comment les Dublinois ont lutté et survécu à la famine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je traverse la rivière, je déjeune et rejoins le quartier « shopping » qui se trouve de ce même côté de la berge. Après avoir traversé toute cette foule qui grouille de partout, je rejoins le château de Dublin par Temple bar que je retraverse en parcourant des rues que je n’avais pas vues le matin même. La visite du château est payante et ma fatigue alors bien trop grande pour que toute mon attention se fixe sur des explications historiques et de surcroît, dans une langue étrangère à la mienne. Je trace alors ma route vers l’auberge…

Il n’est que 16 h mais je marche depuis le matin sans interruption et je sens que mes jambes ralentissent. Je ne profiterai plus si je continue. Je passe ainsi devant la Christchurch, achète un dîner et m’installe confortablement à l’auberge, plus exactement dans le hall où se mettent à jouer de jeunes musiciens reprenant des standards anglais et irlandais. Je pensais vivre la solitude du voyageur solitaire mais je dois avouer que cette soirée est très divertissante. Quelques instants plus tard, la fatigue s’immisce dans chaque pore de mon être au point que je décide de partir rejoindre les bras de Morphée.


Jour 2 :  La journée commence sous de meilleurs auspices…

Mes colocataires éphémères furent moins bruyants que la nuit précédente ou bien fusse ma fatigue plus grande, mais, en tout cas, le sommeil fut réparateur et le réveil bien plus agréable. Peut-être que ma lecture de chevet, « Mémoires du large » d’Eric Tabarly, m’aida à rêver et voyager dans une liberté onirique et salvatrice en parcourant l’immensité de l’océan et les challenges incroyables que ces marins ont réussi à réaliser..peut-être…mais je crois que, finalement, ma fatigue physique a eu tout simplement raison de mon esprit et de ma conscience et que le sommeil fut la réponse à cet état de fait…ni plus, ni moins. J’aime interpréter les vicissitudes d’une façon plus passionnante que la vie elle-même place sur nos chemins. Cette lecture a fait naître en moi une certitude. Si j’avais été plus jeune, je me serais prise d’une passion dévorante pour la voile et aurait peut-être entrepris une course en solitaire avec l’insouciance de l’âge…mais voilà, j’ai 30 ans dans quelques mois… J’ai débuté la voile habitable depuis janvier dernier et ma maladresse légendaire semble ne  pas m’aider à faire des progrès conséquents. Olivier de Kersauson a écrit que ceux qui croyaient que la voile est la liberté, se trompent.  Anyway,  je  ne suis pas d’accord car la liberté c’est de choisir ses chaînes et en l’occurrence, la voile nécessite une attention, une alerte de chaque instant. La liberté réside dans le fait d’avoir choisi ses contraintes-là et dans le fait de s’en accommoder comme si la mer faisait partie de notre fonctionnement vital comme une main, un bras, une jambe…

Revenons à Dublin… je fais des digressions car je suis une rêveuse…

Me revoilà ce matin au café Oscars avec un soleil radieux ! Aujourd’hui, je pars du côté de Grafton street et je vais peut-être visiter le Dublin Castle. Rien ne s’est déroulé comme je l’avais imaginé. C’est une première visite de la ville, une découverte…

Haaa, on pourrait dire que le voyage du pauvre semble bien différent du nanti mais celui-ci ne connaît pas les classes. C’est la raison pour laquelle il m’est si cher, je crois. Il demeure une richesse inestimable quoi qu’on y trouve…

Visite de Dublin Castle en anglais. Visite courte mais intéressante notamment les fondations archéologiques de la ville datant du Moyen-Age.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je marche ensuite dans le quartier historique afin de me rendre à la Maison Guiness pour y entreprendre une petite visite. Le coût me sembla quelque peu excessif mais la vue au bar du sommet est paraît-il imprenable et couvre 360°. Je me dois de voir cela.

L’intérieur est à l’image de l’entreprise, une industrie bien rodée. Les premiers pas dans le bâtiment sont surprenants. Le hall est composé d’un magasin de souvenirs ainsi que d’une armature en métal bleu qui couvre d’ailleurs l’ensemble de la structure interne. La visite se fait, en effet, à la verticale avec des escalators pour rejoindre chaque niveau. Je décide de me munir d’un audio-guide en français afin de mieux comprendre. J’apprends ainsi que la Guiness est composée de blé, de houblon et de levure (ingrédient précieux). La visite est plutôt bien organisée, l’ensemble agréable à l’œil. Une cascade grandeur nature a été installée dans l’une des pièces afin de montrer que l’eau est aussi un ingrédient précieux de la célèbre boisson. La visite se poursuit avec les procédés de fabrication puis aux différents étages avec le marketing, la publicité, les restaurants..etc. Bref, se déroule sous mes yeux, un lieu touristique de masse où l’objectif est de dépenser toujours plus. Seul réel attrait du bâtiment : le Gravity bar.

Il suffit de donner le ticket d’entrée pour déguster une Guiness pression et se délecter de cette incroyable vue sur Dublin …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

17h – Plan de la ville égaré, il est temps de rentrer avec pour unique boussole, mon sens de l’orientation.

Et voilà que la fin de ce court séjour s’annonce…


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s