Melbourne , artiste et britannique dans l’âme !


Dernière étape du voyage…

Je suis partagée entre la fatigue,la joie de rentrer et la tristesse de quitter ce pays…mais je pars globalement satisfaite de cette courte expérience. Je n’ai aucun regret à ramener dans mes bagages. Parfois, il faut partir loin pour affronter sa propre vérité. Ce n’est jamais une perte de temps, bien au contraire…cela peut même s’avérer nécessaire pour remettre les pendules à l’heure, repartir à zéro, se relever…

A Melbourne depuis quelques jours. J’ai attendu dix heures dans l’aéroport de Perth avant de pouvoir reprendre l’avion. L’attente fut quelque peu interminable ! Je suis arrivée à Melbourne vers 6h40 avec un décalage horaire de 3 heures. En sortant de l’aéroport, le froid a glacé chaque pore de mon corps. Heureusement que je m’y étais préparée en regardant la météo avant, car passer de 40°C  (Alice Springs) à à peine 6°C (Melbourne), quel choc thermique!

Une fois à l’extérieur, je prends le bus jusqu’à la gare centrale puis le tramway jusqu’à l’auberge non sans difficulté car j’ai peine à obtenir le renseignement touristique qui m’intéresse. L’auberge où j’ai prévu de loger se nomme ‘The Nunnery ». Elle est située dans un ancien couvent historique qui lui confère de ce fait, un charme suranné. Je loge dans un dortoir avec 10 autres personnes (petit budget oblige). Je découvre vite que l’ambiance est plutôt bonne même s’il semblerait qu’il y règne un peu l’anarchie…J’ai même deux squatteurs qui dorment sur le sol… A cela, il faut rajouter les ronflements de mes colocataires masculins et les va-et-vient constants…mais cela fait partie du jeu « ma pôvre Lucette » comme dirait l’autre. Ce n’est peut-être plus de mon âge mais je m’en accommode plutôt  bien….Mis à part ces petites contrariétés, Melbourne est une jolie ville. Il y a un côté très britannique dans l’architecture qui lui confère une atmosphère anglaise particulière. Il y a une âme ici, quelque chose d’artistique et d’impalpable qui se ressent dans l’aménagement urbain et  le mode de vie.  Il y aussi les fameux graffitis ornant des murs entiers de quelques rues de la ville. Ces endroits insolites et précieux donnent à Melbourne son caractère bohème et vintage. On ne les traverse pas avec indifférence. On s’y rend comme on admire une oeuvre de musée, on observe, on sourit mais jamais on ne marche la tête baissée, insensible aux couleurs et aux messages. Cela ne se peut pas….. et même si ce n’est que le hasard qui nous a mené en ces endroits, on ralentit, on lève les yeux et la surprise de cette découverte artistique n’en est que plus intense. Il y a là, la source d’une personnalité urbaine bien plus riche et dense que celle de Sydney.  J’ai beaucoup marché en quadrillant les rues du centre-ville avec pour seul but : m’imprégner de cette culture. J’ai toujours pensé que c’est comme cela que l’on a l’impression d’avoir visité, vu, senti et entendu un lieu…

Petite « Green  » pause : Le Royal Botanic garden, situé près de la Yarra river, offre un havre de paix au milieu du brouhaha de la ville. Une vraie splendeur naturelle aménagée par les hommes !

Après ces nombreuses heures de marche étalées sur plusieurs jours, je tourne en rond et j’erre dans les rues du centre… m’arrêtant de temps en temps dans des coffee-shops pour écrire et consulter mes emails. Starbucks, Hudson café, Gloria Jean’s café…je les connais tous à présent !

La fin du voyage approche..


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s