San Francisco

San Francisco…Ma première étape aux Etats-Unis.

Partis de Vancouver en début de soirée, nous nous arrêtâmes à Seattle afin de changer de véhicule. Nous fîmes un autre arrêt à Portland puis le trajet se poursuivit pendant 12h jusqu’à San Francisco.
Le voyage fut long et la différence entre le Canada et les Etats-Unis se fit sentir dès le passage de la frontière. Au Canada, pas une seule fois je sentis ma vie en danger. La plupart du temps, le bus était à moitié plein et les gens avaient un visage débonnaire. Dès lors que j’ai pénétré le territoire des Etats-Unis, cette sensation de sécurité et de liberté que j’avais ressenti auparavant se transforma en méfiance constante. Les bus étaient bondés. Les gens me paraissaient à la fois étranges, authentiques et décadents. Je vis le paysage de la Californie, aride et immense.
Nous arrivâmes le soir tard après un transfert à Sacramento. A la gare, on me dit que tous les hôtels devaient être complets car il y avait un congrès très important durant cette période. Par chance, l’un des employés parlait français et me dit que je pouvais passer la nuit dans la gare, ce que je fis. Tôt le matin, on me réveilla pour que je parte. Je pris un bus et me rendis à l’auberge de jeunesse. Elle était bien située, en centre ville et très propre. Comme j’arrivai tôt, je ne pus accéder à la chambre. Je laissai mes bagages et revins plus tard. La fatigue commença à se faire sentir. Je pris un bon petit déjeuner et voulus me rendre compte de ce qu’était réellement San Francisco.
Je ne tardai pas à revenir vers l’auberge pour me reposer.


Les jours suivants, je pris le Cable car, visitai le quartier Chinois, le Financial district, Union Square, les docks et son Fisherman Wharf’s market (attrape-touristes par excellence), le quartier hippie (Haight-Ashbury district) et la maison de Janis Joplin, j’allai jusqu’au Golden gate bridge et me rendis en haut de la colline où se trouve la Coit tower. Je devais également ne pas oublier Colombus street, la rue où se trouve la librairie et maison d’édition City lights Books, lieu de pèlerinage pour tous les fans du mouvement littéraire de la « Beat generation« ,  un endroit à ne surtout pas manquer à San Francisco si l’on est admirateur d’Allen Ginsberg, de Jack Kerouac ou de William Burroughs !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s